GGoulet's picture

Geneviève Goulet est enseignante au secondaire depuis 12 ans. Elle enseigne le cours d’histoire et d’éducation à la citoyenneté à l’école Horizon Jeunesse à Laval, Québec. Ce cours sur l’histoire du Québec et du Canada s’adresse aux élèves de 3e et 4e secondaire (15-16 ans). Geneviève est candidate à la maîtrise en éducation à l’Université du Québec en Outaouais. Dans ses recherches, elle s’intéresse tout particulièrement au développement de la pensée historique chez les élèves au secondaire. De plus, elle a collaboré à titre d’auteure pédagogique pour des cahiers d’activités en histoire aux éditions ERPI.

Aborder le concept de perspective historique à l'aide d'une fiction historique

À chaque début d’année scolaire, je présente le film intitulé «Robe Noire» (Black Robe) à mes élèves de troisième secondaire dans le cadre du cours d’histoire du Québec et du Canada. À mon avis, ce film présente la meilleure reconstitution de la manière dont vivaient les amérindiens du Québec au début du 17e siècle. En résumé, ce film porte sur l’histoire d’un prêtre jésuite, le père Laforgue, qui entreprend une expédition périlleuse afin d’aller rejoindre et convertir les Hurons en Nouvelle-France. Son guide algonquin le surnomme «Robe noire». La foi du père Laforgue est ébranlée particulièrement lorsqu’il est attaqué et brutalisé par des Indiens hostiles. Il parvient malgré tout à accomplir sa mission au péril de sa vie.

 

Ce qui est très pertinent au point de vue historique dans ce film, c’est que nous y trouvons la confrontation de deux modes de croyances de l’époque, c’est-à-dire, les croyances animistes (véhiculées par les autochtones) et les croyances de la religion chrétienne (véhiculées par les missionnaires). L’analyse que les élèves peuvent faire de ce film, à l’aide d’un questionnaire que je leur distribue et qu’ils remplissent durant et après le visionnement du film, leur permet d’élaborer une compréhension plus approfondie d’un concept de la pensée historique : la perspective historique. En se questionnant sur le contexte historique dans lequel se déroule l’histoire, les élèves parviennent à mieux comprendre la perspective des acteurs historiques. Pour y arriver, le questionnaire du film est basé sur le 3QPOC, ce qui signifie qu’ils répondent à quoi, qui, quand, pourquoi, où et comment, en lien avec le contexte historique dans lequel se déroule l’histoire. Ainsi, ils découvrent le sujet du film (Quoi ?), les différents personnages (Qui ?), les repères de temps (Quand ?) et les lieux géographiques (Où ?). Puis, la réflexion se poursuit en analysant les raisons pour lesquelles le personnage principal (Robe noire) souhaite assimiler les Amérindiens (Pourquoi ?) et les façons dont il s’y prend pour y parvenir (Comment ?).  Je souhaite donc, par ce questionnement, amener mes élèves à expliquer les perspectives des gens en les replaçant dans le contexte historique du début de la colonisation en Nouvelle-France.

 

Même si le film est une fiction historique, il comporte néanmoins de nombreux éléments de preuve qui appuient les croyances ainsi que les actions des personnages. Le réalisateur du film a respecté honnêtement l’époque afin de permettre au spectateur d’accéder aux pensées et aux sentiments des personnages. Il est donc possible pour les élèves de s’appuyer sur ces éléments de preuves pour fournir des détails de l’histoire et pour raconter les croyances, valeurs et les motivations des personnages. Un bon récit de fiction historique peut donc amener les élèves à mieux comprendre et approfondir le concept de perspective historique.

 

À la suite du visionnement du film, il est aussi possible de poser des questions aux élèves pour animer une discussion dans le but de consolider la compréhension du concept de perspective historique. Voici des exemples de questions portant sur un récit de fiction historique:

-       Qu’est-ce qui fait de ce [film] un bon récit historique portant sur cette période ?

-       Comment les personnages nous aident-ils à mieux comprendre la société de cette époque ?

-       Quelles autres options avaient les personnages, compte tenu de l’époque et du contexte ?

-       Quel pouvait être le point de vue de l’auteur de cette histoire ?

-       Cette histoire est-elle exacte ? Plausible ?

-       À quel point l’exactitude historique est-elle importante dans un récit de fiction historique ?

-       De quelles façons cette histoire aide-t-elle à mieux comprendre le passé, contrairement aux autres types de sources ?

 (Ces questions sont tirées du livre de P. Seixas et T. Morton (2013). Les six concepts de la pensée historique. Montréal : Modulo, p.157)

 

L’utilisation de films historiques, particulièrement ceux qui respectent avec le plus d’exactitude possible le contexte historique de l’époque, est une bonne méthode pédagogique pour développer la pensée historique des élèves. 

What is a Benchmark?

<p>John W. Hartman Center for Sales, Advertising &amp; Marketing History,<br />Duke University Rare Book, Manuscript, and Special Collections</p>

A surveyor cut a "benchmark" into a stone or a wall when measuring the altitude and/or level of a tract of land. A bracket called a "bench" was secured in the cut to mount the surveying equipment, and all subsequent measurements were made in reference to the position and height of that mark.

The term "benchmark" was first used around 1842 to refer to a standard of quality by which achievement may be measured.

The foundation documents available through the Benchmarks site attempt to help teachers establish standards for assessing student learning of the modes of thought that constitute historical thinking.

John W. Hartman Center for Sales, Advertising & Marketing History,
Duke University Rare Book, Manuscript, and Special Collections